Un bref répertoire des formes flamencas

2ème partie

mercredi 6 novembre 2013 par Claude Worms

De A à Z et en trois parties, 30 "palos" : mode ou tonalité, harmonie fondamentale et compás + une courte partition pour les guitaristes.

Pour plus d’ information, consulter les articles consacrés à chacune des principales formes dans cette même rubrique.

NB : dans nos partitions, les compases sont bornés par des doubles barres de mesure.

12) Guajira

Compás : mesure à 6/8 et mesure à 3/4 alternées (croche = croche), ce qui l’ apparente à la Bulería :

// 6/8) noire pointée + noire pointée / (3/4) noire + noire + noire //

Dans les falsetas, la mesure à 3/4 peut épisodiquement être remplacée par une mesure à 6/8, mais jamais dans le compás de base.

Tonalités : La Majeur (la plus usuelle) et Ré Majeur (essentiellement pour les compositions pour guitare soliste).

Notre partition est écrite en tonalité de La Majeur.

JPG - 753.7 ko
Guajira

13) Jaleo

Compás : théoriquement, douze temps (un temps = une croche) divisés en deux "medios compases", que nous compterons comme pour la Bulería. Dans l’ accompagnement traditionnel du cante, les "medios compases" sont en général binaires (trois noires), ce qui apparente le Jaleo à une Bulería de type Morón ou Jerez, voire aux Verdiales, à condition d’ opérer une conversion de la durée des temps de la croche à la noire (nous pensons d’ ailleurs que les Jaleos extremeños traditionnels sont en fait des "Verdiales extremeños" - mais cela fera l’ objet d’ un autre article...) .

Mais les falsetas ont tendance à être articulées sur des "medios compases" ternaires (deux noires pointées), surtout dans le toque contemporain - on ajoute alors un "cierre" binaire pour conclure sur le temps 10, comme pour la Bulería (noire + noire + noire : temps 6 8 et 10). Ajoutons que l’ accompagnement comme les falsetas peuvent faire apparaître des "medios compases" isolés, sans que leur total soit nécessairement x. 12 temps... Bref, le compás du Jaleo est loin d’ obéir à des règles strictes, sauf peut-être l’ accentuation systématique du premier temps de chaque "medio compás" (donc les temps 12 et 6, si nous alignons le comptage des temps sur celui de la Bulería). Par contre, les modèles mélodiques du cante sont parfaitement identifiables.

La confusion est encore accentuée par la tendance des guitaristes contemporains à accompagner les cantes comme s’ il s’ agissait de Bulerías, avec une profusion de syncopes et de contretemps qui n’ aident guère à préserver l’ identité, déjà fluctuante, du Jaleo...

Modes : traditionnellement, modes flamencos sur Mi ("por arriba") ou sur La ("por medio"). Mais pour les compositions récentes pour guitare soliste, tout autre mode flamenco.

Notre partition s’ inspire d’ une composition de Pepe Habichuela, en mode flamenco sur Sol# (ou "por Minera").

JPG - 886 ko
Jaleo

14) Malagueña

Pas de compás. Chant non mesuré, récitatif. Pour les falsetas de guitare, certaines séquences peuvent être mesurées (3/4 ou 6/8), en fonction des techniques de main droite (arpèges, trémolo, pouce / index alternés).

Mode et tonalité : falsetas et intermèdes de guitare en mode flamenco sur Mi (ou "por arriba"). Les cantes, comme pour tous les dérivés des Fandangos, modulent vers les tonalités relatives majeure (Do Majeur) ou, plus rarement, mineure (La mineur).

La "marque de fabrique" de la Malagueña est la réalisation traditionnelle de la cadence conclusive IVm - III - II - I (Am - G - F - E) - cf, notre partition.

JPG - 782.3 ko
Malagueña

15) Minera

Pas de compás. Chant non mesuré, récitatif. Pour les falsetas de guitare, certaines séquences peuvent être mesurées (3/4 ou 6/8), en fonction des techniques de main droite (arpèges, trémolo, pouce / index alternés. Mais, par rapport aux toques "por Granaína", "por Malagueña" et "por Taranta", on trouvera aussi fréquemment des mesures à 2/4 : sans doute du fait de l’ influence des compositions de Ramón Montoya, créateur du "toque por Minera".

Mode et tonalité : falsetas et intermèdes de guitare en mode flamenco sur Sol# (ou "por Minera"). Les cantes, comme pour tous les dérivés des Fandangos, modulent vers les tonalités relatives majeure (Mi Majeur), ou, très rarement, mineure (Do# mineur). Le mode flamenco "por Minera" est actuellement utilisé pour accompagner la Minera, mais aussi tout autre "cante de minas" (Taranta, Cartagenera, Levantica, Murciana, Taranto...), en fonction de la tessiture du chanteur.

La "marque de fabrique" de la Minera est l’ univers sonore créé par la position de l’ accord du premier degré en demi-barré I, avec une dissonance Sol#/La sur les sixième et cinquième cordes (soit un accord de G#(b2) ) - cf : notre partition.

JPG - 725.5 ko
Minera

16) Petenera

Compás : mesures à 6/8 et 3/4 alternées (croche = croche - compás identique à celui de la Guajira - cf/ : ci-dessus). Tempo modéré et rubato fréquent. Pour les cantes, la première partie est actuellement non mesurée (récitatif), et suivie d’ un "estribillo" à compás.

Mode et tonalité : mode flamenco sur Mi ("por arriba"). Mais certains "tercios" (périodes du chant) modulent clairement vers les tonalités relatives mineure (La mineur) et majeure (Do Majeur).

La "marque de fabrique" de la Petenera est la réalisation traditionnelle du compás de base, ou "paseo", sur deux compases :

// (6/8) Am E7 / (3/4) Am // (6/8) G7 F / (3/4) E // (cf : la fin de notre partition)

JPG - 830.5 ko
Petenera

17) Rondeña

Il s’ agira ici de la Rondeña pour guitare soliste, créée et développée par Miguel Borrull et Ramón Montoya, et non de la Rondeña en tant que cante (accompagnée sur le modèle des Verdiales - cf : troisième partie).

Pas de compás : ces compositions pour guitare soliste ne sont soumises à aucune contrainte de compás, et alternent séquences non mesurées, et mesures à 3/4, 6/8 ou 2/4

Mode : mode flamenco sur Do# (ou "por Rondeña"), avec scordatura (6ème corde : Ré / 3ème corde : Fa#).

La "marque de fabrique" de la Rondeña est l’ univers sonore créé par la position le l’ accord du premier degré en demi-barré II, avec une dissonance Do# / Ré sur les cinquième et quatrième cordes (soit un accord de Do#(b2), avec éventuellement une basse de Mi# sur la sixième corde, troisième case) - cf : notre partition.

JPG - 624.6 ko
Rondeña

18) Rumba

Compás : plus que d’ un véritable compás, il s’ agit plutôt d’ un rythme qui est utilisé pour accompagner des chansons, et non des cantes proprement dits. Ce rythme est une sorte de dérivé du compás du Tango (cf : troisième partie). Compte tenu de la rapidité du tempo, nous préférons l’ écrire en mesure à 2/4, plutôt qu’ à 4/4 (un temps = une croche) - la battue du pied se fait tous les deux temps, sur la première noire de chaque mesure. Il n’ existe pas vraiment de contrainte quant à la carrure : elle suit en fait la grille harmonique de la chanson que l’ on accompagne, même si celle-ci, comme pour beaucoup d’ autres styles de musique populaire, est en général construite sur un nombre pair de mesures (donc, pas de doubles barres de mesure pour notre partition : il n’ y a pas de compases à borner...). La principale caractéristique du rythme de la Rumba est la syncope placée systématiquement sur la première note du second temps de chaque mesure - elle peut être épisodiquement dupliquée sur le premier temps.

Modes et tonalités : pas de mode ou de tonalité traditionnels, puisqu’ il s’ agit de chansons...

Pour notre partition, nous vous proposons une harmonisation du refrain de "Yo me quedo en Sevilla", du groupe Pata Negra, en Si mineur. Les formules rythmiques des mesures 1 à 4, puis des mesures 7 à 12 sont plutôt caractéristiques de la Rumba flamenca. Pour les mesures 6 et 7, nous avons utilisé le fameux "ventilador" de la Rumba catalane.

JPG - 979.4 ko
Rumba

19) Serrana

Compás : identique à celui de la Siguiriya (cf : troisième partie

Mode : mode flamenco sur Mi (ou "por arriba").

JPG - 735.5 ko
Serrana

20) Sevillana

Compás : groupes de 2 . 6 temps apparentés par leur carrure harmonique au Fandango de Huelva (cf : première partie) et aux Verdiales (cf : troisième partie).

La carrure harmonique des séquences en rasgueados est identique à celle du Fandango de Huelva. Mesure à 3/2 (un temps = une noire) : 4 temps (accord de tonique pour les Sevillanas en tonalités majeures ou mineures ; accord du premier degré pour les Sevillanas en modes flamencos) + 2 temps (accord de dominante pour les Sevillanas en tonalités majeures ou mineures ; accord du deuxième degré pour les Sevillanas en modes flamencos) pour le cadrage des accords. Dans notre partition : / Am Am Am Am Am E7 E7 /

La carrure harmonique des lignes mélodiques est plus fréquemment en mesure à 6/4 (ou à deux fois 3/4), comme pour les Verdiales (passage des accords sur le premier temps de chaque groupe de trois temps).

La battue du pied, quelque soit la carrure harmonique, reste ternaire :

/ 1 2 3 4 5 6 /

Destinée essentiellement à accompagner la danse, chaque Sevillana est organisée en quatre parties :

A) introduction de la guitare : mesure à 3/2 (4temps + 2 temps) répétée x fois - dans notre partition, mesure 1.

B) "entrada" : quatre mesures à 3/2, exposant l’ incipit mélodique qui sera ensuite développé (anacrouse fréquente), suivi de deux mesures en rasgueados - dans notre partition, mesure 2 à 5.

C) développement mélodique sur quatre mesures, le plus souvent à 6/4 - anacrouse fréquente (dans notre partition, mesures 6 à 9).

D) transition sur deux mesures à 3/2 reprenant les deux dernières mesures de la deuxième partie (mesures 10 et 11 de notre partition).

Les parties A, B et C sont répétées ensuite deux fois. A la fin de la dernière répétition, la danse s’ arrête brusquement sur le premier temps de la transition (partie D), qui est donc omise ("parada" en termes de chorégraphie).

La dernière répétition peut être remplacée par une variation sur le thème mélodique, en général sous forme de pont modulant.

Une chorégraphie complète comprend quatre Sevillanas successives, ponctuées d’ autant de "paradas".

Modes et tonalités : pas de règle sur ce point. Les Sevillanas sont des chansons qui peuvent être composées dans divers modes flamencos ou tonalités.

Notre partition est écrite en tonalité de La mineur. Il s’ agit d’ une adaptation d’ un arrangement d’ une Sevillana traditionnelle, composé par Sabicas.

JPG - 922.2 ko
Sevillana

Claude Worms

Logo : photo du guitariste Luis Yance





Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 6600630

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics