La décade prodigieuse / 1 : Víctor Monge "Serranito"

samedi 4 avril 2009 par Claude Worms

Entre 1942 et 1952, naissaient cinq artistes qui allaient profondément modifier le vocabulaire musical et l’ esthétique de la guitare flamenca : Víctor Monge "Serranito" (1942), Manolo Sanlúcar (1943), Paco de Lucía (1947), Enrique de Melchor (1950), et Niño Miguel (1952). Nous poursuivrons avec eux notre petite histoire de la guitare flamenca, commencée dans cette même rubrique avec la série "Les fondateurs de la guitare flamenca soliste".

Dans chaque article, vous trouverez une biographie, une brève analyse de style, et la transcription intégrale d’ une composition extraite du premier enregistrement solo de chacun d’ entre eux.

Biographie de Víctor Monge "Serranito"

Né à Madrid en 1942, Víctor Monge "Serranito" devient professionnel dès l’ âge de douze ans. Il accompagne en tournée des artistes renommés comme le cantaor Juanito Valderrama ou la bailaora Lucero Tena, avec laquelle il enregistre en 1965 un disque qui est un bon témoignage de son style initial et de sa virtuosité déjà exceptionnelle, attestée par exemple par sa version vertigineuse d’ une célèbre pièce classique, le "Colibri" de Sagregas.

Il se produit ensuite de longues années dans l’ un des meilleurs tablaos madrilènes, le "Café de Chinitas", dont il est à la fois le guitariste vedette et le directeurs artistique. Comme avant lui Sabicas, Serranito abandonne rapidement l’ accompagnement (le seul cantaor avec lequel il ait collaboré régulièrement étant Gabriel Moreno)), pour se consacrer à une carrière de concertiste soliste. Ses tournées le conduisent dans tous les pays d’ Europe, au Japon, en Australie, aux Etats Unis..., le plus souvent dans des salles prestigieuses (Queen Elisabeth Hall de Londres, Opéra de Cologne, Salle Tchaîkovsky de Moscou, Carnegie Hall, Lincoln Center et Metropolitan Museum House de New York...). Il joue en 1982 avec l’ Orchestre Symphonique de Madrid au Teatro Real de la capitale espagnole ("Andaluz Sinfónico"), et au Théâtre de la Maestranza de Séville pour l’ Exposition Universelle de 1982. Invité par la plupart des grands festivals de guitare européens (Liège, Gand, Lyon, Cannes, Nice, Córdoba, Castellón, Biennale de Séville...), Serranito a aussi exercé une influence pédagogique importante, donnant des concerts en duo et en trio, en compagnie ses meilleurs disciples, dont certains sont devenus des valeurs sûres de la guitare flamenca contemporaine : Juan Pastor, Miguel Rivera, Oscar Herrero et Juan Carlos Gómez notamment.

La discographie de Víctor Monge "Serranito" compte une vingtaine d’ enregistrements, tous de très haut niveau, la plupart en LP, malheureusement peu (et mal) réédités (voir : "Discographie"). Citons en particulier :

_ "Guitarra flamenca", "Aires flamencos", "Virtuosismo flamenco" et "Técnica y sentimiento en la guitarra flamenca" : Hispavox

_ "Luz de luna" et "Mi vuelta del Rocío" : Columbia

_ "Ecos del Guadalquivir" (CD) : El Dorado

_ "Sueños de ida y vuelta" (CD) : Fundación Autor, discográfica SGAE

Il convient d’ ajouter à cette liste les excellentes harmonisations pour deux guitares des douze "Chansons populaires" recueillies par Federico García Lorca, enregistrées avec Manuel Cano ("Tensión de sonoridades" - Hispavox).

Le style de Víctor Monge "Serranito"

Serranito est le prototype du "guitariste pour guitaristes". Son style est d’ abord remarquable par l’ extrême mobilité et la sûreté de sa main gauche. De ce point de vue, il a épuisé les ressources du langage "classique" de l’ école de Ramón Montoya et de Sabicas, en explorant systématiquement les renversements des accords de leurs séquences harmoniques. Quand il expose ces enchaînements en arpèges, il obtient fréquemment des effets polyphoniques en y insérant de courts motifs de basse, progressant par marches harmoniques.

Il a d’ autre part introduit quelques innovations dans les techniques de main droite :

_ Le rasgueado en "abanico" joué pouce / majeur / index, avec "golpe" simultané de l’ index.

_ Le picado joué avec trois doigts (index, majeur et annulaire.

_ Des basses redoublées, ou simultanées ou traitées en tierces et en sixtes sur le trémolo.

_ Des arpèges complexes, clairs et véloces, en particulier sur les "cierres" harmoniques phrasés fréquemment, de manière très dynamique, en sextolets de doubles croches.

Dans ses dernières compositions, Víctor Monge a enrichi son vocabulaire harmonique en assimilant les accords du flamenco contemporain, tout en maintenant en filigrane les séquences traditionnelles qui signent l’ identité harmonique de chaque forme. Il revient ainsi périodiquement sur ses toques de prédilection (Soleá et Taranta notamment), en retravaillant ses falsetas de l’ intérieur, plutôt qu’ en en créant systématiquement de nouvelles. Ses dernières oeuvres sont ainsi d’ une remarquable densité musicale.

Enfin, sur le plan rythmique, Víctor Monge est l’un des premiers guitaristes à avoir utilisé régulièrement l’hémiole (substitution d’ une mesure à 3/4 par une mesure à 6/8) dans les Soleares et les Alegrías.

Discographie solo

"Maestros de la guitarra flamenca, vol. 3" : Planet P 1003 CD (réédition du premier EP Odeón, "Serranito y su guitarra", couplée avec des enregistrements de Manuel Cano, Esrebán de Sanlúcar, et Juan Serrano)

"La guitarra flamenca" : série "Quejío" EMI 7243 8 23664 (deux CD reprenant quatorze titres extraits des deux premiers LPs Hispavox, couplés avec des enregistrements de Niño Ricardo, Melchor de Marchena, Paco Aguilera, "El Pescaílla", Andrés Batista, et Miguel Borrull).

"Ecos del Guadalquivir" : El Dorado P 01 CD

"Mi sueño de ida y vuelta" : Fundación Autor, discográfica SGAE

DVD

"Víctor Monge "Serranito" en concierto" : RGB Arte Visual

Partitions

Jorge Berges : "Victor Monge "Serranito" en concierto" - RGB Arte Visual, Madrid

Alain Faucher : "Inspiración flamenca" - Editions Affédis, Paris

Claude Worms : "Maestros clásicos de la guitarra flamenca, vol. 3 : Víctor Monge "Serranito"" - Editions Combre, Paris

Transcription

JPG - 471.3 ko
Soleá / page 1

JPG - 475.3 ko
Soleá / page 2

JPG - 462.5 ko
Soleá / page 3

JPG - 483.2 ko
Soleá / page 4

JPG - 478.3 ko
Soleá / page 5

JPG - 478 ko
Soleá / page 6

JPG - 478 ko
Soleá / page 7

JPG - 342.4 ko
Soleá / page 8

Nous vous proposons la Soleá du EP Odeón "Serranito y su guitarra", qui peut être considérée comme une première ébauche d’ "Alborada Trianera", l’un des sommets du premier EP enregistré pour Hispavox quelques années plus tard. On peut déjà y trouver la plupart des traits stylistiques décrits ci-dessus.

Victor Monge "Serranito"

Claude Worms

Galerie sonore

Víctor Monge "Serranito" : Soleá


Soleá




Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 7470092

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics