Niño del Mentidero : "Bellos lugares de Cádiz"

mardi 26 juin 2018 par Claude Worms

Niño del Mentidero : "Bellos lugares de Cádiz", LP Columbia CPS 9642, 1980.

Pedro Bancalero Rodríguez "Niño del Mentidero" (Cádiz, 1947-2017) est l’une des plus authentiques figures du cante gaditan. Comme sa voisine Jerez, Cádiz compte quelques quartiers où la transmission orale a préservé des micro-traditions d’interprétation du répertoire local : barrios de La Viña, de Santa María et del Mentidero. Comme Beni de Cádiz et son frère, Amos Rodríguez Rey, El Niño del Mentidero est né rue Hercúles, à quelques encablures de la rue Vea Murguía, lieu de naissance de Pericón de Cádiz. Si son style est naturellement redevable à ceux de ces trois maîtres, il peut aussi être considéré comme un disciple d’Aurelio Sellés (pour la granaína-malagueña qu’il a créée, et sa lecture de la malagueña del Mellizo) et de Manolo Vargas pour certaines tournures vocales des alegrías (Cf. la répétition de "... allí tengo yo a la niña por la que de amor me muero" - deuxième cante des alegrías de notre "galerie sonore").

Mais nous devons également à Pedro Bancalero quelques compositions originales : des bulerías, et surtout un "cante de cierre" por alegría et des tangos "caleteros" - en fait des modèles mélodiques inspirés des alegrías a compás de tango. Ces créations ont enrichi le répertoire gaditan, et ont depuis été reprises par nombre d’artistes des générations postérieures, dont David Palomar (tangos et "cierre" des alegrías) dès son premier album, "Trimilenaria" (Trimilenaria).

La nouvelle du décès de Niño del Mentidero en juin 2017 n’a guère franchi les murailles de sa ville natale, et il aurait grossi la cohorte des artistes aficionados tombés dans l’anonymat et dont le souvenir n’est perpétué que par quelques anecdotes s’il n’avait enregistré en 1980 un unique album jamais réédité depuis ("Bellos lugares de Cádiz", Columbia CPS 9642), accompagné par Santiago García "Santi de Cádiz" et Pepe Ruso, sur des letras de son beau-frère, le poète Antonio Peña García.

Un paseo por Cádiz nunca viene mal.

Claude Worms

Galerie sonore

MP3 - 2.2 Mo
Bulerías (1)

MP3 - 4.9 Mo
Alegrías (2)

MP3 - 6.8 Mo
Malagueñas (3)

MP3 - 3.4 Mo
Fandangos (4)

MP3 - 3.2 Mo
Bulerías (5)

MP3 - 5 Mo
Tangos "caleteros" (6)

MP3 - 5.9 Mo
Soleares (7)

MP3 - 4 Mo
Romera (8)

MP3 - 3.4 Mo
Fandangos (9)

MP3 - 2.2 Mo
Bulerías (10)

Programme de l’album

1) "Rodeando la murallita" (bulerías)

2) "Bellos lugares de Caí" (alegrías)

3) "Qué ciego yo me quedé" (malagueñas : Aurelio Sellés / El Mellizo)

4) "La defiendo donde quiera" (fandangos)

5) "Mi caballo satirón" (bulerías)

6) "Con mi barca paseaba" (tangos "caleteros")

7) "Soleá, tú no estas sola" (soleares : El Morcilla / El Mellizo / Paquirri)

8) "Por ti me muero de amores" (romera)

9) "Se llama María del Carmen" (fandangos)

10) "Yo vi al pie de una tumba" (bulerías)

Chant : Niño del Mentidero.

Guitare : Santiago García "Santi de Cádiz" et Pepe Ruso (1, 5, 6, 8 et 10) / Santi de Cádiz (2, 4 et 7) / Pepe Ruso (3 et 9).

Palmas : Federico Alonso Pernía, Conejito del Puerto, Juan José Gómez et Manuel de Pelusa.

Textes : Antonio Peña García (sauf 10 : Jose Hedreda Gil).


Bulerías (1)
Alegrías (2)
Malagueñas (3)
Fandangos (4)
Bulerías (5)
Tangos "caleteros" (6)
Soleares (7)
Romera (8)
Fandangos (9)
Bulerías (10)




Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 6606280

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics